top of page

Juan Branco - Inégalités et reproduction sociale : quel avenir pour la démocratie ?

Juan Branco est un activiste politique et avocat franco-espagnol. Opposant à la loi « Hadopi 1 » sur les droits d'auteur en 2009, il est le conseiller juridique en France de WikiLeaks et de Julian Assange et a également été l'avocat de Jean-Luc Mélenchon. Soutien précoce des Gilets jaunes, il devient l'avocat de certaines figures du mouvement, dont Maxime Nicolle et Régis Portalez. "Crépuscule", un pamphlet de 2019 contre Emmanuel Macron, l'a fait connaître pour ses propos polémiques et controversés.


Après avoir prononcé son discours « La République ne vous appartient pas », à l’École Polytechnique, le 9 décembre 2019, Juan Branco affirme qu’il a choisi ce titre afin de dénoncer le fait qu’une certaine partie de la France, en l’occurrence celle des « gilets jaunes », n’aurait pas la légitimité de venir dans ces grandes écoles qui forment les élites de la République.


"Plus de 90% des élèves de l’École Polytechnique sont issus de moins de 10% de la société, la partie la plus aisée".

Selon Juan Branco, lorsque ce sont les mêmes classes sociales qui entrent dans les grandes écoles comme l’ENA, Polytechnique, Sciences Po ou HEC, les comportements des ainés se répètent.

Si l’on considère que les concours sont faits pour les plus favorisés, on est dans une situation où on a un double aspect qui favorise l’entre-soi et la corruption car la cooptation à des postes ou dans des groupes se fait par les affinités développées dans ces structures élitistes et non par le talent.


"Dans l'entourage des diplômés de ces grandes écoles, peu d'entre eux viennent d'un milieu populaire, ce qui favorise la déconnexion".

Selon Juan Branco, il en est de même pour l’Assemblée nationale qui cultive également cet entre-soi élitiste. En effet, aucun ouvrier ne siège à l’Assemblée nationale alors que le rôle premier de cette institution est de représenter le peuple français dans sa diversité.

Comments


Article

bottom of page