top of page

Jean-Paul Perruche - Vers une Europe de la défense ?



Jeudi 3 février 2022, dans le cadre de la Semaine de l’Europe, Place au Débat ! a eu l’honneur de recevoir le Général Jean-Paul Perruche, ancien directeur général de l’état-major de l’Union Européenne à Bruxelles.


Cette conférence fut l’occasion d’aborder les principales menaces auxquelles devra prochainement faire face l’Union Européenne. Les étudiants présents ont pu saisir les enjeux du renforcement d’une force militaire commune ou autonome au niveau européen.


Mythes et réalités d’une Europe de la défense


La défense de l’Europe est organisée en trois cercles : celui des États (où la défense constitue une compétence régalienne), celui de l’OTAN pour des raisons historiques (issu d'une dépendance des européens envers les américains) et enfin celui de l’Union Européenne développé par les intérêts communs des États membres à se défendre. A cet effet, une structure de défense fut créée : l’état-major de l’Union européenne. A ce jour, les trois quarts des opérations lancées par l'état-major sont des opérations civiles et parmi les opérations militaires, celles-ci sont déployées en Bosnie, en Afrique et au Sahel.

Pour Jean-Paul Perruche, deux réalités vont s’imposer aux États membres de l'Union dans les prochaines années : l’existence d'une force de dissuasion nucléaire et le souhait des européens de renforcer leur capacité sécuritaire commune.


"Une Europe intergouvernementale ne peut pas être une Europe puissante"

Pour l'ancien directeur général de l’état-major de l’UE, le mythe qui domine est celui d’une Europe puissante et intergouvernementale. Or ce dernier considère que les coalitions ne sont efficaces que lorsque les états ont des intérêts communs, comme ce fut le cas entre la France et l’Allemagne durant le Seconde guerre mondiale. A l'inverse, lorsque les intérêts divergent, les coalitions sont fragilisées : « Une Europe intergouvernementale ne peut pas être une Europe puissante », considérant que pour que l’armée européenne soit efficace, il faut que son autorité soit large et qu‘il y ait une convergence des intérêts. Européiste convaincu, Jean-Paul Perruche affirme que ce n’est pas une histoire d’amour entre les États européens mais il n’existe aucune autre alternative que l’Europe.


Pourquoi une carrière militaire ?


Issu d'une famille durement touchée par la Seconde guerre mondiale (ses deux frères ont été abattus dans les maquis), Jean-Paul Perruche a facilement justifié son choix d'embrasser une carrière militaire :"les repas du dimanche avaient toujours pour sujet principal la défense".


"L'état de mort cérébrale de l’OTAN"


L’OTAN a une existence historique, encore aujourd’hui revendiqué par la plupart des États. Pour les européens, l’esprit de l’OTAN était d’être protéger sans frais alors que pour les américains, l’Organisation était un moyen de domination. La plupart des états européens craignait le retrait américain de l’OTAN en raison de ses multiples faiblesses à défendre. Alors que la France est le seule État européen à disposer moyens nécessaires pour se protéger, l’OTAN demeure la seule organisation capable d’assurer la défense des intérêts vitaux de l’UE. Elle garantit un niveau de sécurité que ni l’UE, ni les États eux-mêmes ne peuvent assurer.


"Sur le papier, nous européens, sommes plus puissants militairement que la Russie, dans la pratique ça n’est pas le cas"

Évolution de la construction européenne


Depuis l’élection du président américain Donald Trump en 2016 et sa relative méfiance vis-à-vis de l'OTAN, l’UE réfléchit à la création de nouvelles structures de défense. Jean-Paul Perruche considère que la création d’une armée européenne sur le modèle d’une armée nationale est une utopie : « Sur le papier, nous européens, sommes plus puissants militairement que la Russie, dans la pratique ça n’est pas le cas. ». Il faut dans les domaines possibles créer des instruments européens intégrés avec un leadership européen et conserver la capacité de coopération de coalition et pour mot d’ordre de la stratégie de défense européenne : la planification.


Crise Ukrainienne


Pour notre invité, les européens ne savent pas répondre aux rapports de force imposé par Poutine : c’est le constat d’une inefficacité totale. Les sanctions économiques sont un leurre. Les 3 000 soldats de l’OTAN envoyés en Bélarusse, au Donbass et Ukraine sont des américains. Si ces derniers venaient à perdre la vie, les américains entreraient automatiquement dans le conflit. Les européens seuls ne peuvent pas assurer la protection de leurs intérêts propres et communs.

L’ensemble de l’équipe de Place au Débat remercie chaleureusement Jean Paul Perruche pour sa venue à Sciences Po Lyon, les étudiants pour leur participation ainsi que le personnel de Sciences Po Lyon pour le prêt des locaux et du matériel informatique.


À bientôt pour de nouvelles conférences !



Enzo LAVASTRE

Comments


Article

bottom of page